Partager via


Émissions de scope 2

Icône Microsoft Cloud for Sustainability. Microsoft Cloud for Sustainability

Les émissions de scope 2 sont des émissions indirectes provenant de la production d’énergie achetée auprès d’un fournisseur d’électricité. En d’autres termes, toutes les émissions de gaz à effet de serre libérées dans l’atmosphère, provenant de la consommation d’électricité achetée, de vapeur, de chaleur et de refroidissement. Scope 2 représente l’une des plus importantes sources d’émissions de gaz à effet de serre dans le monde. la production d’électricité et de chaleur représente désormais au moins un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Les méthodes utilisées pour calculer et déclarer les émissions de scope 2 ont un impact critique sur la façon dont une entreprise évalue ses performances et sur les mesures d’atténuation qui sont incitées. Pour calculer les émissions de scope 2, Microsoft Sustainability Manager s’aligne sur les principes et les méthodologies définis dans le Protocole sur les gaz à effet de serre (GES). Le protocole GES recommande de multiplier les données d’activité (mégawattheures de consommation d’électricité) par des facteurs d’émission spécifiques à la source et au fournisseur pour déterminer l’impact total des émissions de gaz à effet de serre de la consommation d’électricité. Le GHG Protocol met également l’accent sur le rôle des programmes d’énergie verte dans la réduction des émissions liées à la consommation d’électricité et recommande aux entreprises d’utiliser des statistiques telles que les facteurs d’émission du réseau local ou national/régional lorsque d’autres formes d’informations sur l’approvisionnement en électricité ne sont pas disponibles.

Il existe deux méthodes pour calculer les émissions de l’énergie achetée :

  • Méthode basée sur l’emplacement : prend en compte les facteurs d’émission moyens pour les réseaux électriques qui fournissent de l’électricité.
  • Méthode basée sur le marché : prend en compte les accords contractuels en vertu desquels l’organisation s’approvisionne en électricité à partir de sources spécifiques, telles que les énergies renouvelables.

Calcul des émissions de scope 2

Pour les méthodes basées sur l’emplacement et sur le marché, les émissions sont calculées en multipliant l’électricité achetée par les facteurs d’émission appropriés. Bien que cette section décrive les étapes de calcul des émissions issues de la consommation d’électricité achetée, les informations s’appliquent également à la vapeur, à la chaleur et au refroidissement.

Document de référence du protocole GES :Greenhouse Gas Inventory Guidance: Indirect Emissions from Purchased Electricity (EPA.gov)

Étape 1 : Déterminer la quantité d’électricité achetée

Pour quantifier les émissions du scope 2, les données d’activité nécessaires sont la quantité d’électricité achetée. Les factures d’électricité ou d’autres preuves d’achat peuvent être utilisées pour déterminer la quantité d’électricité achetée. Les données provenant de ces sources sont considérées comme un meilleur type de données sur les activités que les données de sous-comptage de l’installation, car ces données peuvent être incomplètes. Si les données d’achat ne sont pas disponibles pour certaines installations ou opérations, une estimation doit être faite pour vérifier l’exhaustivité.

Pour la production sur site détenue par l‘organisation, les émissions du système sont des émissions directes de scope 1. Si la production sur site n’appartient pas à l’organisation, l’électricité consommée sur site doit être traitée comme de la production achetée de scope 2.

Étape 2 : Déterminer les facteurs d’émission

Les facteurs d’émission sont nécessaires pour calculer les émissions attribuables aux achats d’électricité, de vapeur, de chaleur et de refroidissement.

La méthode basée sur l‘emplacement pend en compte les facteurs d‘émission moyens pour les réseaux électriques qui fournissent de l‘électricité. Voici les types de facteurs d’émission basés sur l’emplacement disponibles :

  • Facteur d‘émission en ligne directe
  • Facteur d‘émission régional
  • Facteur d‘émission national

La méthode basée sur le marché prend en compte les accords contractuels en vertu desquels l‘organisation s‘approvisionne en électricité à partir de sources spécifiques, telles que les énergies fossiles, renouvelables ou autres. Voici les types de facteurs d’émission basés sur le marché disponibles :

  • Certificats d‘attribut énergétique
  • Contrats
  • Facteur d‘émission spécifique au fournisseur
  • Facteur de mélange résiduel
  • Facteur d‘émission régional
  • Facteur d‘émission national

Par défaut, des facteurs fictifs sont utilisés pour les méthodes de calcul et les facteurs d’émission dans Microsoft Sustainability Manager pour la portée 2 si vous consultez les données de démonstration de Contoso. Vous trouverez les facteurs d’émission sous Bibliothèques de facteurs dans le volet de navigation de gauche sous Calculs. Dans Microsoft Sustainability Manager, les facteurs d’émission sont stockés dans des bibliothèques de facteurs. Les bibliothèques de facteurs sont des groupes de facteurs d’émission apparentés. Ces facteurs d’émission ont souvent la même source. Par exemple, le document EPA Factors Hub (Centre des facteurs de l’EPA) est stocké dans une bibliothèque de facteurs. Les facteurs d’émission sont également mappés aux données de référence pour les calculs au sein de la même bibliothèque. Microsoft Sustainability Manager continuera d’ajouter d’autres bibliothèques de facteurs d’émission régionaux et mondiaux via des mises à jour de produits.

Pendant le calcul des émissions de portée 2 basées sur l’emplacement et sur le marché, vous devez créer et utiliser une bibliothèque de facteurs pour chacun. Votre bibliothèque de facteurs d’émission basés sur l’emplacement doit contenir les facteurs de grille pour toutes vos installations. Votre bibliothèque de facteurs basée sur le marché doit contenir les facteurs d’émission spécifiques pour tous les certificats, contrats ou émissions spécifiques de fournisseur que vous avez, et le facteur de réseau régional ou national pour toutes les installations pour lesquelles vous n’avez pas de facteurs plus spécifiques.

Étape 3 : Calculer les émissions

L’équation suivante est utilisée pour calculer les émissions :

Émissions = Électricité × FE

Voici une explication de l’équation :

  • Émissions = = Masse de dioxyde de carbone (CO2), méthane (CH4) ou de protoxyde d’azote (N2O) émise
  • Électricité = Quantité d’électricité achetée
  • FE = Facteur d‘émission de CO2, CH4 ou N2O

Multipliez les émissions de CH4 et de N2O par le potentiel Réchauffement climatique approprié pour calculer les émissions en équivalents CO2 (CO2e). Le potentiel Réchauffement climatique pour CH4 est de 25, et le potentiel Réchauffement climatique pour N2O est 298. Ces valeurs sont extraites du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), Quatrième rapport d’évaluation (AR4), 2007. Les émissions totales de CO2e sont calculées comme la somme des émissions de CO2e issues du CH4 et du N2O et des émissions de CO2.

Unités de donnée d‘activité

Les unités de mesure dans lesquelles les données d’activité sont déclarées sur les factures d’électricité ou d’autres preuves d’achats peuvent varier entre l’électricité, la vapeur, le chauffage et le refroidissement. Pour l’électricité, le chauffage et le refroidissement, les données d’activité sont généralement rapportées en unités énergétiques. Pour l’électricité, les kilowattheures (kWh) ou les mégawattheures (MWh) sont les plus courants. La chaleur et le refroidissement peuvent être déclarés dans une variété d’unités énergétiques. Une unité de mesure courante pour le refroidissement est la tonne-heure. Une tonne-heure équivaut à 12 000 unités thermiques britanniques (BTU). La vapeur peut être exprimée en unités d’énergie ou en unités de masse. Si seules des informations sur les coûts sont disponibles, il est recommandé de contacter le fournisseur pour fournir des données pour les unités énergétiques.

Émissions pour la production combinée de chaleur et d‘électricité

Les émissions d’une centrale de cogénération sont basées sur le type de combustible utilisé. L’émission doit être allouée proportionnellement à chaque flux d’énergie. Les trois méthodes suivantes sont les plus courantes pour répartir les émissions d’une centrale de cogénération :

  • Méthode d’efficacité : la méthode d’efficacité est la méthode privilégiée où les émissions de gaz à effet de serre sont attribuées en fonction des intrants énergétiques utilisés pour produire les produits séparés de vapeur et d’électricité.
  • Méthode du contenu énergétique : les émissions de gaz à effet de serre sont réparties sur la base du contenu énergétique des productions de vapeur et d‘électricité en sortie.
  • Méthode des potentiels tâches : les émissions de gaz à effet de serre sont réparties sur la base du contenu énergétique des productions de vapeur et d‘électricité.

Icône Microsoft Cloud for Sustainability.Page du produitIcône d’inscription.Essai gratuitIcône de la communauté.Communauté